L’Ie Taxi – Un Court-Métrage D’Examen

Bien digne de ses trois lauriers (Festival de Cannes, Mumbai Shorts Festival International du Film Dada Saheb Phalke Film Festival), l’Ie de Taxi est un court-métrage avec lequel n’importe qui à la moindre appréciation littéraire peut tomber en amour. Le film détient une importance particulière aujourd’hui dans la société Indienne comme il suit le coupable subconscient d’un pervers chauffeur de taxi qui est projetée à travers la mâchoire-chute femme magnifique qui recurringly qui se passe lors de sa cabine. Il fait bien de soulever la conscience au sujet de la prévalence de ces problèmes de société aujourd’hui.

La dramatique lent scène d’ouverture se compose d’un accent mis sur le magazine que le pilote est en regardant avec un regard qui s’avère être assez dérangeant pour le spectateur, dépeignant ses, de toute évidence dépravée pensées. La mystérieuse femme s’est alors fait usage de sa cabine et ils ont une curieuse conversation, au milieu de laquelle elle s’évanouit dans l’air mince. Elle réapparaît à nouveau dans un autre ensemble, à côté de laquelle le spectateur ne peut que présumer pour être son amant. La vidéo puis saute au prochain coup de pilote de se réveiller pour trouver la femme immobile. Surpris, de voir sa tombe, comme les morts, quand il la touche, il vérifie son pouls et titube en arrière dans l’horreur à l’absence de celle-ci. Il procède ensuite à l’enterrer. Cependant, quelques instants après l’acte, elle apparaît, très vivant, de retour dans sa cabine.

L’ensemble de cette séquence d’événements semble transparaître dans le surréaliste, le réglage de l’inconscient de son esprit. L’ambiance est certainement aussi plongée dans le mystère, que l’intrigue elle-même comme un motif de reflets pourpres, la lumière agit comme un symbole de son état de rêve. C’est également transféré par le flou des photos qui semblent vagues et nuageux – n’a jamais vraiment montrant une vue claire de visages des personnages. Ainsi, presque comme dans un rêve, l’image n’est pas claire.

La vidéo sert comme une exploration de la sale Indien d’esprit qui considère les femmes seulement digne d’être la proie dans l’obscurité de la nuit, ne jamais s’élevant à plus d’une séduisante chaude du corps afin de servir les besoins des hommes. Toutefois, le visage de la femme qu’il a osé agir de façon inappropriée, même dans sa propre imagination, le hante. Ces hallucinations sont susceptibles d’avoir été causés par l’ivresse, mais la raison derrière ce n’est pas ce qui s’avère être important ici, mais plutôt ce qui constitue une projection de sa propre conscience, frappé de l’esprit.

L’ie Taxi permet un aperçu du travail de l’Indien moyen du mâle cerveau, les définissant comme en proie à leurs propres désirs, mais aussi de leurs propres scrupules.